Que faire de la base doctrinale dans les groupes bibliques

Pour éviter que la nature et les buts du mouvement ne dérivent avec le temps et le renouvellement des membres et participants, nous avons établi une base doctrinale (BD) qui donne quelques points essentiels de la foi chrétienne telle que nous la comprenons.

Les GBEU sont un mouvement fondamentalement motivé par l'Évangile de Jésus-Christ et la révélation de Dieu dans la Bible. On ne veut pas seulement que les GBEU continuent à exister comme mouvement, on veut qu'ils continuent à servir les mêmes buts et à propager la foi biblique.

Pour éviter que la nature et les buts du mouvement ne dérivent avec le temps et le renouvellement des membres et participants, nous avons établi une base doctrinale (BD) qui donne quelques points essentiels de la foi chrétienne telle que nous la comprenons.

Il n'est pas nécessaire d'adhérer à la base doctrinale pour participer à la vie d'un GB, par contre il faut être d'accord avec la BD pour être membre des GBEU, c'est à dire faire partie de ceux qui peuvent décider de l'orientation du mouvement. Les responsables de groupes sont en principe membres de l'association, et donc en accord avec la base doctrinale.

D'autre part, nous sommes un mouvement interconfessionnel, qui regroupe des personnes issues d'églises différentes. La BD établit un socle de croyances communes qui nous permettent de travailler ensemble. La BD ne cherche (surtout) pas à trancher chaque querelle entre les églises existantes. Par contre, elle permet aux gens qui s'interrogent à propos des GBEU de connaître quelques points fondamentaux de nos croyances.

Lire la base doctrinale

Maintenant, quelques mot sur ce qu'on fait concrètement de cette BD. On veut d'un côté que le mouvement continue de représenter et de propager le message de l'Évangile, avec les éléments présents dans la BD. D'un autre côté, on veut aussi que des étudiants non-chrétiens puissent participer à nos groupes et être confrontés à ce message. Il est très concevable que certains chrétiens aient encore des choses à comprendre, même sur le fond. De plus, pour que les gens adhèrent de cœur au fond de la chose, il vaut mieux que l'on puisse discuter franchement et ouvertement du pour et du contre de ces divers points. Imposer un accord ne produirait pas de bons fruits au final.

Concrètement, on demande aux responsables (et plus encore aux collaborateurs) d'être en accord avec cette base doctrinale. On ne va par contre pas le demander aux participants de tous les groupes.  De plus, il se peut que certains, vous compris, ne soient pas sûrs s'ils sont en accord. Parfois, on ne comprend pas exactement les termes de la BD. Parfois, on aurait formulé les choses autrement, et on n'est pas sûr si finalement c'est compatible, ou bien pas.  Dans ces cas là, il faut discuter de la chose avec un animateur, pour voir si le désaccord est fondamental, ou si c'est des questions de nuance.

Dans les groupes, il y a une liberté d'expression et c'est une bonne chose. Les gens doivent pouvoir poser des questions et dire ce qu'ils pensent, et la base doctrinale ne doit pas servir de massue pour empêcher les gens de réfléchir. Mais en principe, on attend d'un responsable qu'il soutienne la vision de la BD, avec le tact et la subtilité qui convient à chaque situation -- et ce sont plus les textes bibliques qui doivent convaincre que la BD elle-même.

Par contre, si on se rend compte que quelqu'un vient au GB pour faire la promotion d'une vision radicalement autre, on est en droit de lui demander si c'est vraiment sa place.  Réciproquement, si quelqu'un commence à dire aux autres qu'il faut croire un point extérieur à la BD pour appartenir au GB, cette personne peut-être ramenée à l'ordre en lui disant : les GB ne prennent pas position sur cette question, il n'y a donc pas de base pour exiger cela. Si dans un de ces cas la tension persiste, on peut faire appel à un animateur pour aider à peser les choses.

Au final, c'est une question d'équilibre : il faut que dans un GB, la discussion soit possible, on puisse s'exprimer et défendre ses positions. Mais il ne faudrait pas qu'aux yeux des participants, "la position des GB" soit quelque chose qui s'oppose à la base doctrinale, sans quoi on y perd notre identité.