Collaborations

Nous considérons la collaboration avec d'autres organisations comme un élément essentiel au bon fonctionnement du groupement.

Les dernières nouvelles de l'IFES

IFES

  • Chacun aspire à la connexion avec autrui durant le confinement

    Si cette pandémie nous a appris quelque chose, c’est bien la puissance du lien entre chrétiens. Inspirés par cette idée, des étudiants du groupe UCCF de Grande-Bretagne ont créé une chorale virtuelle pour les Groupe biblique universitaire à travers le pays. Après que plus de 1 000 étudiants se soient joints au groupe Facebook en quelques jours seulement, il est devenu clair que ce projet comblait un réel besoin.

    Ce qui a commencé comme un groupe de 50 à 100 étudiants chantant ensemble, s’est rapidement transformé en une opération de grande envergure. Les étudiants se sont réparti la coordination régionale, ils ont formé des équipes techniques et ils ont produit une trame sonore sur démo. Des étudiants internationaux et des étudiants d’autres mouvements de l’IFES se sont alors joints à l’aventure, ajoutant un verset chanté en plusieurs langues. Après une semaine de planification, une semaine de soumissions de vidéos et deux semaines de montage, ils ont ultimement publié la vidéo finale sur YouTube. Impliquant la collaboration de 550 chanteurs, de 60 techniciens de son et de 50 organisateurs, le projet témoigne avec puissance de l’esprit d’initiative et de coopération des étudiants. 

    À mesure que la vidéo circulait, les étudiants ont découvert que leurs amis non chrétiens se montraient de plus en plus réceptifs. Un étudiant du CU d’Essex commente : 

    « J’ai envoyé le lien vers la vidéo à tout le monde ! Mes amis non chrétiens étaient heureux de voir que j’étais impliqué dans ce projet et un ami a même prié après avoir regardé la vidéo. » 

    En repensant à cette expérience, les étudiants impliqués ont souligné que cette chorale avait révélé combien le désir de se connecter à d’autres est profond. Hannah Wood, l’une des étudiantes organisatrices, conclut que la chorale montre le pouvoir qu’il y a à travailler ensemble. Elle dit :

    « Tout au long du processus, il y avait un réel sentiment de solidarité ; bien que nous soyons d’arrière-plans différents, que nous soyons sur des campus différents et que nous provenions de divers pays, nous souhaitions tous voir le nom de Jésus proclamé, et l’un des moyens de faire cela a été de chanter tous ensemble. »

    Pour visionner leur vidéo, cliquez ici

    Cette semaine, louons Dieu pour la communauté que forment les étudiants en tant que chrétiens et prions pour davantage d’initiatives du même genre.

    • Priez pour les amis non chrétiens qui ont regardé la vidéo afin qu’ils soient désireux de se joindre à la communauté chrétienne et surtout de connaître Jésus.
    • Priez que les étudiants trouvent de nouvelles manières de tisser des liens avec d’autres étudiants chrétiens dans leur pays et à travers le monde.
    • Priez pour les étudiants universitaires qui doivent composer avec l’interruption de leurs études à cause de la Covid-19.

    The post Chacun aspire à la connexion avec autrui durant le confinement appeared first on IFES.

  • Faire ses études loin de sa maison

    Partir au Japon pour ses études a toujours été le rêve de Lydia. Lorsqu’elle s’apprêtait à quitter sa maison au Brésil, elle ressentait de l’anxiété face à cette nouvelle expérience. Néanmoins, elle est montée à bord d’un avion et a osé faire face à l’inconnu. Dès le début de ses cours, Lydia a rapidement découvert les défis d’être une étudiante internationale. Parler le japonais constamment était fatigant et se faire des amis demandait des efforts. Lydia se sentait découragée car elle ne trouvait pas beaucoup d’autres étudiants chrétiens. Mais lorsque le professeur de son laboratoire l’a présentée à un étudiant de KGK Japon, elle était folle de joie. Elle savait qu’elle avait enfin trouvé un foyer spirituel au Japon. Lydia nous raconte :

    « J’ai commencé à participer aux activités de KGK et j’ai pu ressentir l’amour des étudiants chrétiens japonais. Même si je n’arrivais pas à bien communiquer au début, les échanges avec [eux] m’ont permis de me sentir acceptée et en sécurité dans un pays qui n’est pas le mien et qui n’a pas beaucoup de chrétiens. »

    Alors que le Japon devient un endroit populaire pour étudier à l’étranger, KGK recherche activement des opportunités pour développer le ministère parmi les étudiants internationaux. L’année dernière, environ 115 étudiants internationaux ont participé aux événements du KGK grâce aux efforts et la persévérance des responsables et des étudiants. Avant la période de la COVID, le mouvement pratiquait fréquemment l’hospitalité en invitant de nouveaux étudiants comme Lydia chez eux pour les repas et les rencontres entre étudiants. Mais malgré la pandémie, leur ministère est resté fort. De nombreux étudiants KGK ont maintenu des relations avec leurs amis internationaux via des études bibliques en ligne. Les responsables ont également constaté qu’en adaptant le ministère aux outils en ligne, il est plus facile de suivre les étudiants qui sont rentrés chez eux mais qui participent toujours aux événements.

    Cette semaine, prions pour KGK Japon et les ministères parmi les étudiants internationaux du monde entier.

    • En juillet, l’IFES en Asie de l’Est organise un webinaire qui présentera le ministère parmi les étudiants internationaux. Priez pour que ce webinaire encourage les mouvements à pratiquer de plus en plus l’hospitalité envers les étudiants internationaux.
    • Priez pour que les événements en ligne permettent aux mouvements de poursuivre leurs relations avec les étudiants internationaux qui sont rentrés chez eux.
    • Priez pour les étudiants qui ont décidé de suivre Jésus lors de leurs études à l’étranger. Priez pour qu’ils grandissent dans leur nouvelle foi même lorsqu’ils rentreront chez eux. Priez pour qu’ils aient la possibilité de partager l’Évangile avec d’autres dans leur pays.

    The post Faire ses études loin de sa maison appeared first on IFES.

  • Un message de Jamil Chabouh

    Chère famille IFES,

    Les titres de l’actualité au cours des dernières semaines ont été particulièrement pesants. Après le meurtre de George Floyd aux États-Unis, la lutte contre le racisme a fait son apparition dans d’autres pays du monde. Nous voyons ainsi comment une série d’événements tragiques dans un pays a mis en lumière les injustices dans plusieurs lieux. En ce moment, les gens de toutes les nations examinent leurs cœurs et se battent contre les réalités d’un monde déchu.

    Mais je veux vous rappeler que notre Dieu est ici avec nous au milieu de notre souffrance, de notre colère et de nos questionnements. Il nous a créés et a fait de nous des êtres relationnels. Il nous demande de nous entraider, nous aimer et d’apprendre les uns des autres à travers les épreuves que nous traversons. Dans ces circonstances, il me semble juste et constructif d’écouter les cœurs de nos frères et sœurs aux États-Unis qui se battent pour un changement et de leur offrir autant de soutien et d’encouragement que possible. Je crois également qu’il est de notre devoir en tant que communauté de croyants de faire monter nos prières les uns pour les autres, de trouver des paroles de consolation et de réconfort lorsqu’une nation, un peuple, des frères et des sœurs se remettent d’événements atroces comme celui-ci.

    Plus important encore, nous savons tous que le mal peut être enraciné dans nos cœurs et dans nos nations. Nous avons donc aujourd’hui l’occasion de prier pour la guérison intérieure et de regarder au sein de nos propres nations afin d’identifier les domaines où nous pouvons être un instrument de Dieu pour la justice. Je vous encourage à utiliser ce temps pour mobiliser les réseaux de prière et à agir sous la direction de l’Esprit. Je prie pour que le Seigneur apporte la guérison à tous nos cœurs et nous conduise à rechercher la paix et la justice.

    Prieriez-vous avec moi cette semaine ?

    • Priez pour que les groupes d’InterVarsity qui sont dans les campus aux États-Unis soient des acteurs de réconciliation et de transformation au sein des différences raciales dans leurs universités.
    • Priez pour que les étudiants du monde entier saisissent cette occasion pour examiner leur propre société et pour agir contre les injustices.
    • Priez pour les cœurs des chrétiens partout dans le monde. Qu’ils soient prêts à écouter et à apprendre de leurs frères et sœurs qui souffrent.

    En Christ,

    Jamil Chabouh
    Secrétaire général par intérim de l’IFES

    The post Un message de Jamil Chabouh appeared first on IFES.

  • S’impliquer pour voir un changement dans la société

    Nous devions contribuer à une solution. Beaucoup de vies ont été perdues à cause du profond désespoir qui reste ancré dans mon pays. Comment voir ces gens dans la souffrance sans leur partager notre espérance qui peut les délivrer de leurs angoisses ? Après la Journée mondiale de l’étudiant, notre groupe FOCUS Sri Lanka nous a mis au défi d’identifier les problèmes de la société dans notre pays et d’agir. Nous avons relevé le défi et, après un moment de réflexion, un mot odieux restait dans notre esprit : le suicide.

    Nous connaissions bien ce mot. Nous l’entendions à plusieurs reprises dans les actualités ou même dans notre cercle d’amis. Nous savions que c’était un vrai problème, mais comme la plupart des gens, nous n’avions jamais osé le regarder en face. Le suicide est un sujet qui nous met mal à l’aise, et c’est difficile d’en parler lors des dîners ou des réunions de famille. Mais il était important de comprendre ce sujet afin que nos efforts vaillent la peine. Nous devions parler aux personnes touchées par le suicide.

    Comprendre le problème

    L’année dernière, le thème de la Journée mondiale de l’étudiant s’est concentré sur briser les barrières au sein des universités et a mis les étudiants au défi d’examiner les problèmes au sein de leur société. Rebecca et un groupe d’étudiants de FOCUS Sri Lanka ont pris l’initiative de s’attaquer au problème du suicide dans leur pays. Afin de comprendre le problème, ils ont conçu un projet de recherche pour recueillir des données auprès des personnes les plus touchées dans la région orientale. Grâce à un réseau de pasteurs, ils ont listé des villages afin d’y mener des interviews. Bien que ce soit un sujet pesant, ils espéraient que l’initiative entraînerait des changements.

    Leurs efforts ont été appréciés dans chaque endroit visité. Rebecca nous raconte :

    « Lorsque nous sommes allés dans les villages, les leaders nous ont bien accueillis. Ils ont apprécié notre initiative et nous ont soutenus. Ils ont partagé les problèmes concrets de leurs villages et les principaux combats auxquels ils étaient confrontés. »

    Avant de commencer les interviews, les étudiants ont parlé aux pasteurs des villages qui les ont prévenu des défis potentiels. Au fur et à mesure que les étudiants entraient en contact avec les différents foyers, ils se sont rendus compte combien ces conseils avaient été utiles et ils en étaient reconnaissants. De nombreuses personnes souhaitaient contribuer à la recherche, mais aborder ce sujet sensible nécessitait de la délicatesse. Les conseils ont permis aux étudiants de faire face aux conversations difficiles lesquelles ont produit des résultats substantiels par la suite. A travers les recherches, Rebecca s’est rendue compte à quel point les étudiants avaient peu compris les personnes touchées par le suicide auparavant.

    « Au début, nous avions une vision fermée sur le sujet du suicide. Nous pensions que les personnes concernées par le suicide étaient des jeunes. Mais après nos rencontres au sein des différents villages, nous avons saisi quelle était la vrai situation. »

    Les recherches ont montré que la plupart des victimes étaient des femmes mariées âgées de 25 à 35 ans. La majorité d’entre elles étaient des agricultrices qui vivaient dans le désespoir à cause des problèmes financiers. Les étudiants ont également découvert que de nombreux jeunes âgés de 16 à 25 ans se suicidaient en raison de problèmes relationnels.

    Passer à l’action

    Après s’être bien informés, les étudiants sont passés à la deuxième phase de leur projet. Ils ont mis en place une campagne dans chaque village, s’exprimant dans les églises et les écoles secondaires sur le fait que le suicide n’est pas la solution. Ils ont conseillé les auditeurs de partager leurs problèmes avec des personnes de confiance et les ont encouragés à élargir leurs perspectives de carrière à travers l’éducation. Et surtout, les étudiants ont parlé de la compassion de Dieu et de la puissance de la prière.

    Rebecca a été surprise par l’impact de leur campagne.

    « Peu après chaque programme de sensibilisation, au moins une personne est venue nous voir pour nous faire part de ses retours. Certains nous ont partagé leurs problèmes, d’autres nous ont demandé de l’aide. Ils nous ont souhaité bonne chance et nous ont encouragé à organiser des événements similaires dans d’autres villages et églises. »

    Les étudiants ont été touchés. Ils trouvaient ça incroyable qu’une simple idée inspirée de la Journée mondiale de l’étudiant ait eu un réel impact. Rebecca nous raconte :

    « Nous avons appris plusieurs choses : combien c’est important de faire plus pour notre future société, comment montrer l’amour de Dieu en identifiant et en traitant les problèmes sociaux, et comment nous pouvons aider la société en tant que chrétiens. »

    Que pouvez-vous faire pour encourager le changement dans votre société ?

    Rebecca dit que pour lutter contre les injustices, vous devez arrêter de vous concentrer sur vous-même et ouvrir les yeux sur les problèmes des autres. Elle recommande de commencer par identifier les injustices qui se produisent sur votre propre campus et de faire entendre votre voix contre elles. Enfin, elle encourage les étudiants à ce que ce soit leur témoignage de l’amour de Dieu qui les pousse à agir. Focus Sri Lanka est un exemple d’étudiants qui ont identifié un problème et pris des initiatives. N’attendez pas que les autres agissent contre les injustices de votre société. Regardez autour de vous, identifiez les problèmes et utilisez votre voix pour encourager le changement.

    The post S’impliquer pour voir un changement dans la société appeared first on IFES.

  • A la recherche d’une maison éternelle

    Ne pas avoir de maison est épuisant. Fatima connaissait bien ce sentiment. Elle avait fui de chez elle plusieurs fois auparavant, lorsque la colère de son père s’était transformée en violence, et cela devenait dangereux de simplement dormir dans son propre lit. Mais quand elle est partie à l’université, tout a changé. A travers son implication dans le mouvement IFES en Syrie (SIM), la vie de Fatima a été transformée par un homme appelé Jésus.

    Quand elle a essayé de parler à sa famille de sa nouvelle foi, son père est devenu encore plus violent et elle a dû s’enfuir à nouveau. Mais cette fois, en quittant sa maison, elle savait que c’était définitif. Heureusement, les amis de SIM de Fatima l’ont aidé à trouver un logement et lui ont même payé son loyer pour les trois premiers mois. Actuellement, elle participe activement aux événements SIM, elle partage sa foi et se met au service d’autrui avec joie.

    Pour de nombreux étudiants en Syrie, la maison familiale n’est pas un endroit sûr. Partout dans le pays, les étudiants ont été obligés de fuir à cause des persécutions religieuses ou de la guerre. En soutenant des étudiants comme Fatima, SIM Syrie joue un rôle rédempteur dans cette crise en les orientant vers un foyer éternel. Mais le mouvement fait face à de nombreux obstacles. En raison de la guerre et de la crise des réfugiés, le SIM se retrouve face au manque de leaders qualifiés pour le ministère et aussi de soutiens financiers locaux. Comme la plupart des mouvements à travers le monde, ils font également face aux frustrations liées à l’adaptation du ministère à la pandémie.

    Cette semaine, prions pour SIM Syrie et pour des étudiants comme Fatima qui recherchent une maison éternelle.

    • Louons Dieu pour Son œuvre dans la vie de Fatima. Prions pour que les cœurs des membres de sa famille soient ouverts à en apprendre davantage sur Jésus. Prions pour Fatima alors qu’elle s’investit afin que d’autres étudiants soient touchés.
    • Prions pour que Dieu pourvoit des leaders qualifiés et un soutien financier local pour SIM Syrie. Prions pour leur adaptation au ministère en ligne pendant la pandémie.

    Prions pour les étudiants syriens comme Fatima qui ont dû fuir leurs maisons. Prions pour qu’ils rencontrent des chrétiens qui leur parleront de Jésus.

    The post A la recherche d’une maison éternelle appeared first on IFES.

Agenda
04.09.20-09.09.20
FORUM 2020
Forum Emmaüs (St-Légier)
» Afficher toutes les activités